De la lumière dans l’obscurité

“Cela commence vraiment à peser lourd !”

De l’aide psychosociale aux patients, à leurs proches et à tout le personnel de l’hôpital.

image

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir.

Le Covid-19 a pesé lourd sur le plan psychosocial. Le virus a provoqué une plus grande confrontation avec la mort. Les mois d'avril et de novembre ont été les plus meurtriers en matière de Covid-19.

Soutien psychosocial aux patients et à leurs proches

Le soutien psychosocial est devenu encore plus important. D'autant plus que les patients admis lors de la première vague ne pouvaient que très exceptionnellement recevoir des visites. C'est pourquoi diverses initiatives ont été prises sur le lieu de travail :

  • Le projet Pioen a été mis en place dans le service des Soins intensifs. Ce call center assurait, entre autres, des contacts familiaux par téléphone et vidéo. Grâce à un don de smartphones, il a même été possible de proposer un appel vidéo via WhatsApp. Pour encourager les patients, des messages de membres de la famille ont été écrits sur des cartes et apportés aux patients par des collaborateurs de Pioen. Les familles des patients pouvaient également contacter Pioen pour poser des questions. En 2020, Pioen a enregistré 3.295 appels (appels téléphoniques & courriels). Le nombre médian d'appels par jour ouvrable était de 45, avec un pic de 128 le 28 octobre (date de la deuxième vague). Les questions les plus fréquentes concernaient : l'organisation des soins à domicile pour le conjoint qui avait besoin de soins et qui est resté à la maison, le soutien aux familles des patients décédés en Soins intensifs, l’accompagnement des familles à la demande des Soins intensifs et le renvoi vers des services spécialisés. En juin 2021, Pioen a reçu un SPX-Award.
  • Le service d’Accompagnement des patients a mis en place une ligne d'assistance aux familles pour les patients de toutes les unités d'hospitalisation. Pendant la première vague, du 16 mars au 8 mai, il a été effectif tous les jours (y compris les week-ends), ainsi que pendant la deuxième vague, du 19 octobre au 1er décembre. Aujourd'hui, la ligne d'assistance aux familles est toujours utilisée pendant les jours ouvrables, de 8 à 18 heures. Les appels téléphoniques des familles de patients hospitalisés, inquiètes, ont été acheminés vers la ligne d'assistance aux familles afin de soulager les unités de soins.

Un service de colis pour faire face au confinement

Un service de colis a été organisé à l'entrée principale de l'hôpital pour permettre aux familles d'apporter des objets essentiels tels que des vêtements et des articles de toilette pendant la période d'interdiction des visites. Ce service a pu être mis en place grâce aux efforts, entre autres, des étudiants en médecine et en sciences biomédicales de la VUB.

Des extras réconfortants

En guise de consolation pour les visiteurs qui n'étaient pas autorisés, l'UZ Brussel a livré des snacks et des boissons supplémentaires aux patients via les plateaux repas. On a distribué 64.000 berlingots de jus d'orange ou de pomme au petit-déjeuner, 48.000 canettes supplémentaires de sodas au déjeuner et 84.000 gâteaux et gaufres au repas du soir.

Le Jardin des Pommes rouvre dès que possible

Lors du confinement au printemps, les portes du Jardin des Pommes sont restées fermées pendant un certain temps. Mais dès qu'ils ont pu le faire en toute sécurité, ils ont ouvert grand leurs portes aux enfants de l'Hôpital des Enfants, le KidZ Health Castle. Le Jardin des Pommes est un lieu chaleureux et accueillant pour les patients âgés de 3 mois à 18 ans. Elle se compose de deux ailes. Dans une aile, les patients atteints de cancer et leur famille peuvent se détendre, jouer et passer du temps ensemble. L'autre aile est destinée aux enfants atteints d'autres maladies et offre, entre autres, un agréable espace d'apprentissage et de détente.

La médiation interculturelle : d'abord moins, puis plus

Le service de médiation interculturelle a noté un total de 3.335 interventions en 2020. Il s'agit d'une légère baisse par rapport à 2019 en raison de la pandémie. Au cours de la première vague, on a constaté une diminution des appels en raison de l'arrêt des soins courants. Plus tard en 2020, il y avait tellement d'appels qui arrivaient en même temps que le service pouvait à peine répondre à tous. La situation ne permettant pas d'assurer une interprétation sur place, un interprète était disponible par téléphone pour 24 langues. L'importance de l'interprétation à distance s'est encore accrue. En partie en raison de la pandémie, l'hôpital a investi dans des ordinateurs portables lavables qui peuvent être facilement désinfectés, afin qu'il n'y ait aucun risque de contamination lors des interventions.

Le service de médiation interculturelle a coordonné les contacts suivants :

  • Communauté turque et kurde : 1.259 médiations.
  • Communauté arabe et berbère : 898 médiations.
  • 584 médiations ont été demandées via le système d'appel.
  • 200 interventions par vidéoconférence.
  • 246 appels internes des services.
  • 148 appels ont été passés pour fournir des informations, pour offrir un soutien émotionnel ou référer pour un soutien émotionnel.

Villa Samson devient Villa Veerkracht

La Villa Samson a été rebaptisée Villa Veerkracht. Cette initiative s'inscrit dans le cadre du programme Résilience existant, qui se concentre sur le bien-être des collaborateurs. Pour ceux qui trouvaient tout cela trop lourd, c'était un endroit sûr qui offrait la tranquillité et la possibilité d'exprimer leurs sentiments. En 2021, il restera disponible pour ceux qui en ont besoin. En 2020, 250 conversations y ont eu lieu. 57 % des collaborateurs qui ont demandé de l'aide l'ont fait pour des problèmes liés au stress professionnel. La pression du travail, la pression du temps, une communication insuffisante ou mauvaise et la combinaison vie professionnelle-vie privée ont été en 2020 les principales causes de stress pour les collaborateurs qui ont rempli un questionnaire sur le stress (10 % des collaborateurs de l'UZ Brussel, soit 452 personnes).

Les collaborateurs ont visité le site internet interne de Veerkracht 24.389 fois. Ils ont principalement cherché des informations sur les points de contact (8 %), le sommeil (4 %) et la Villa Veerkracht (4 %).

La communication hyper nécessaire

Dès l'apparition de l'épidémie de Covid-19 en mars, une communication intensive a été mise en place avec les collaborateurs, y compris des streamings de mise à jour de la part de la direction. Pendant les quatre premières semaines, ces streamings avaient lieu tous les matins à 8 heures, y compris les week-ends. Au total, 44 livestreams ont été diffusés en 2020, qui ont été regardés en moyenne 722 fois. Le 29 octobre, 1.986 sessions ont été enregistrées, au point de basculement juste avant la deuxième vague de Covid-19.

Alors que les plans du gouvernement prévoyaient des phases allant jusqu'à la phase 2B, l'UZ Brussel est allé plus loin. L'hôpital a élaboré des plans pour les phases 3A et 3B afin d'être préparé aux pires scénarios.

Nombreuses adaptations de confort

Il y a eu toutes sortes d'ajustements qui ont pris en compte les règles sanitaires en vigueur et ont créé un confort pour les collaborateurs dans des circonstances difficiles :

  • Cafétéria : de la fermeture à la vente à emporter, au magasin d'alimentation, au service de colis pour les patients et au centre de distribution des dons provenant d’externes.
  • Coffee-corners : de la fermeture aux machines de vente à emporter et aux distributeurs de plats chauds
  • Des fêtes, aux boîtes de fête et aux ‘journées frites’
  • Restaurant du personnel : retour du self-service aux portions fixes (éviter le contact afin de limiter au maximum les risques de contamination)

verwenscorona.be : notre propre cinéma numérique avec nos propres productions cinématographiques

En décembre, l'UZ Brussel a lancé son propre cinéma numérique sur verwenscorona.be avec, entre autres, des témoignages filmés, sa propre chanson et un documentaire maison sur la première vague.

4.300 lumières : le pouvoir de la chaleur humaine et de la lumière

Pour soutenir tout le monde à l'UZ Brussel, 4.300 petites lumières ont été allumées pendant la semaine la ‘warmste week’. Parce que nous croyons au pouvoir de la chaleur humaine ... et de la lumière.